Le patronat marocain demande un partenariat privilégié

Le président de la CGEM, Mohamed Hourani, a demandé, samedi à Grenade, l'adhésion de son organisation à la «Business Europe», la puissante Fédération des patronats européens et principal défenseur des intérêts des entreprises membres auprès des institutions de l'UE.

Au cours du Sommet entrepreneurial Maroc-UE, réuni en prélude au premier Sommet entre le Royaume et l'UE à Grenade (sud de l'Espagne), le dirigeant du patronat marocain a exprimé cette demande officielle afin de «construire avec nos partenaires européens les meilleures conditions d'opérationnalisation des accords» conclus dans le cadre du Statut avancé.

Mohamed Horani : “Une telle adhésion nous permettra d'être au fait des changements opérés en Europe et de les suivre, sachant que l'ultime objectif du Statut avancé est d'avoir un marché commun auquel participera activement notre pays». (Photo : MAP)


«Nous voulons ainsi exprimer notre engagement dans le chantier ouvert par le Statut avancé», a-t-il précisé dans une déclaration à l'agence MAP.

Une telle adhésion «nous permettra d'être au fait des changements opérés en Europe et de les suivre, sachant que l'ultime objectif de ce Statut avancé est d'avoir un marché commun auquel participera activement notre pays», a ajouté M. Hourani.
Pour plaider la candidature de la CGEM, M. Hourani a fait valoir, devant ses pairs européens, la mise à niveau nécessaire des entreprises marocaines aux normes européennes qui est «largement engagée».

Il a, d'autre, part, salué la conclusion de l'accord sur les produits agricoles et agro-industriels entre le Maroc et l'UE, il y a trois mois, avant de demander que sa mise en oeuvre soit accélérée.

Quant à l'accord sur la libéralisation des services et du droit d'établissement, en cours de négociations, la CGEM est déterminée à oeuvrer pour qu'il soit «le plus large possible afin que les normes marocaines convergent vers l'acquis communautaire», a-t-il dit.

Pour le patronat marocain, ce futur accord sera, certes, un «puissant catalyseur pour la compétitivité et la croissance» de l'économie marocaine, mais il «n'aurait pas grand sens s'il n'intègre pas un volet garantissant la libre circulation des professionnels concernés».

Initié par la patronat espagnol, Business Europe et la CGEM, le Sommet économique Maroc-UE constitue une occasion pour jeter la lumière sur les projets futurs de l'UE, ainsi que les perspectives du marché marocain et les opportunités qu'il offre dans les secteurs des énergies renouvelables, du transport, de la logistique et des infrastructures.

Cette rencontre rassemble les membres des organisations entrepreneuriales de l'UE et du Maroc, des institutions financières espagnoles, européennes et marocaines, des chefs d'entreprises, ainsi que des représentants de l'UE et des gouvernements espagnol et Marocain.

 

Author’s Posts

  • Casablanca, la logistique urbaine au coeur de la transformation