Le Benchmarking

Le Benchmarking

Les étapes du BenchmarkingGrâce à la veille concurrentielle chaque entreprise connaît parfaitement le marché sur lequel elle évolue, elle est en mesure de qualifier ses écarts de performance et de compétitivité par rapport à ses concurrents.
Mais toutes les entreprises savent-elles qu'en effectuant des comparaisons avec des filiales de son groupe ou en se comparant avec d'autres sociétés évoluant dans d'autres domaines elles peuvent progresser et améliorer leurs performances de façon très significatives ?

Pour réussir, une entreprise doit fixer ses objectifs d'exploitation à partir des méthodes les plus performantes. La pratique du "Benchmarking" permet de relever ce défi.

Définition

" LE BENCHMARKING " est la méthodologie qui consiste à rechercher en permanence les meilleures pratiques afin d'adopter, ou d'adapter leurs aspects positifs et de les mettre en oeuvre pour devenir le meilleur des meilleurs.
" LE BENCHMARKING " est un point de référence à partir duquel on fixe les objectifs.

Objectifs

  • aider la direction à aborder ou supporter des changements stratégiques.
  • valider le progrès réalisé à l'intérieur d'une démarche d'amélioration de l'efficacité.
  • améliorer la compétitivité.
  • réduire les coûts.
  • améliorer le niveau de satisfaction de la clientèle.

Pourquoi et pour qui le Benchmarking ?

Pourquoi?

La démarche vers l'excellence veut qu'une organisation compare régulièrement ses résultats et ses pratiques à ceux des 'best practices'. Aussi bien les critères EFQM (European Foundation for Quality Management), que les guidances ISO9000:2000 mentionnent ces comparaisons sous le terme 'benchmarking'.
Mais benchmarking n'est pas seulement faire des comparaisons entre ses propres résultats et ceux des autres. C'est aussi et surtout être capable d'analyser et de transposer la meilleure pratique dans sa propre organisation.
Les entreprises de référence ont dans ce domaine développé, adapté et affiné une méthodologie pour réaliser des percées dans leurs propres organisations.

Pour qui?

Le Benchmarking est destiné aux responsables qui veulent implémenter dans leurs propres entreprises une approche du Benchmarking pour améliorer aussi bien la gestion de l'entreprise (stratégie et management) que les activités opérationnelles.

Les différents types de Benchmarking

Le Benchmarking interne

Le plus facile à réaliser. Il consiste à analyser et à comparer vos opérations, services entre-eux ... à l'intérieur de votre propre organisation, entreprise.
Son avantage réside dans le fait qu'il peut rapidement s'effectuer étant donné la facilité et rapidité de l'information recherchée.

Le Benchmarking externe ou de concurrence

Même processus que le benchmarking interne.
Ici, l'entreprise comparera ses produits, services, modèle, processus d'achat, vente ... avec ceux d'un ou plusieurs concurrents directs. Le modèle du benchmarking de concurrence est beaucoup plus performant que celui du benchmarking interne étant donné qu'il met en évidence les différentiations de vos produits, services, processus ... avec ceux de la concurrence.

Le Benchmarking fonctionnel

Le benchmarking fonctionnel suppose la comparaison de ses propres fonctions avec des fonctions similaires dans son propre domaine d'activité ou dans un secteur différent. L'avantage réside dans le fait que le benchmarking fonctionnel identifie et documente les processus reliés aux performances.

Le Benchmarking générique

Il suppose la comparaison des méthodes de travail ou des processus dans des secteurs d'activité différents. Prenons l'exemple de l'entreprise "Vins de moselle", qui comparera son réseau logistique avec celui de Dell, fabriquant et vendeur de matériel informatique. La méthode du benchmarking générique est non seulement la plus productive et la plus créative, mais c'est également la plus efficace.

 

Les différentes phases du Benchmarking

Phase 1 : Planification

Cette phase consiste à préparer les recherches en définissant quoi, qui, et comment :

  • Que doit-on rechercher ?
  • A qui et à quoi doit-on se comparer ?
  • Comment collecter les données ?

Il est important de considérer le benchmarking comme un processus de découverte et d'analyse des meilleures méthodes qui permettront de réaliser des objectifs.

Phase 2 : Analyse

L'analyse implique une connaissance parfaite de ses propres méthodes, une évaluation rigoureuse de ses points forts et de ses points faibles, et une analyse tout aussi rigoureuse des méthodes et partenaires du benchmarking.

Les réponses donneront la mesure de l'écart de performance négatif, positif ou nul. Cet écart fournit une base objective d'action : réduire l'écart ou capitaliser sur l'avantage acquis. Cet écart est calculé sur une projection des résultats, il est donc amené à changer au fur et à mesure que les méthodes évoluent. Le benchmarking doit donc être un processus permanent, permettant d'assurer une réévaluation constante des objectifs.

Phase 3 : Intégration

L'intégration est le processus qui permet d'utiliser les conclusions de l'enquête du benchmarking pour la fixation d'objectifs opérationnels. Cela demande une planification rigoureuse pour incorporer les nouvelles méthodes au fonctionnement de l'entreprise. L'intégration consiste aussi à obtenir l'accord de l'encadrement puis  de l'ensemble du personnel. Pour cela il faut communiquer à tous les niveaux et apporter la preuve de la crédibilité et de l'exactitude des conclusions de l'enquête.

Phase 4 : Action

Les conclusions du benchmarking et les principes opérationnels définis doivent être traduits en applications concrètes qui seront évaluées périodiquement pour mesurer les progrès accomplis.

Ce qu’il faut faire – Ce qu’il ne faut pas faire

Ce qu’il faut faire

  • Il faut connaître son processus avant de rechercher une autre compagnie pour une étude de " Benchmarking".
  • Il faut obtenir l'engagement de la direction avant de se lancer dans une étude de "Benchmarking".
  • Il faut identifier et impliquer tous ceux sur lesquels le projet pourrait avoir des conséquences.
  • Il faut mettre en oeuvre les changements ou les améliorations afin d'obtenir les résultats attendus.
  • Il faut assurer une communication permanente pendant toute la durée du projet sans oublier le coordinateur "Benchmarking".
  • Il faut conduire chaque étape du " Benchmarking" comme un projet.
  • Il faut identifier les indicateurs de mesure importants pour le processus choisi.
  • Il faut utiliser toutes les possibilités offertes par les différents types de Benchmarking interne, concurrentiel, fonctionnel et générique.

Ce qu’il ne faut pas faire

  • Il ne faut pas faire un "Benchmarking" simplement pour le plaisir.
  • Il ne faut pas entreprendre le " Benchmarking" sans le soutien de la direction.
  • Il ne faut pas entreprendre le " Benchmarking"d'un processus s'il n'est pas connu.
  • Il ne faut pas confondre les indicateurs de performances avec le "Benchmarking".
  • Il ne faut pas confondre le "Benchmarking" avec le tourisme industriel.
  • Il ne faut pas demander des informations sans être prêt à les donner soi-même.
  • Il ne faut pas négliger les informations qui sont déjà disponibles dans le domaine public.
  • Il ne faut pas attendre plus de trois jours après une visite pour faire le rapport.
  • Il ne faut pas oublier la mise en oeuvre !

 

{linkr:related;keywords:best+practices;limit:5;title:Related+Articles}

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS