Logistique ou supply chain management ?

Logistique ou supply chain management ?

Distribution physique, logistique, logistique intégrée, logistique globale, management logistique, management de la chaine logistique, supply chain management, global supply chain management,….
Sont quelques-uns des termes liés lorsque le spécialiste évoque la logistique d’entreprise. Pour le grand public ces expressions sont évidement synonymes et leurs définitions ne présentent pas un grand intérêt, tant elles semblent aller de soi. Pour le gestionnaire et/ou le chercheur en science de gestion. L’assertion précédente doit être examinée avec prudence. Pour parfaitement comprendre et maîtriser les enjeux stratégiques de ce récent « domaine » du management, il est indispensable d’en connaître la terminologie, ainsi que sa lente construction.

L’histoire d’une célèbre association américaine traduit assez bien les changements de perspective qui ont prévalu au cours de ces quarante dernières années dans le domaine de la logistique. Crée en janvier 1963, l’association NCPDM signifiait alors national Council of Physical Distribution Management. Elle a été formée par un groupe d’enseignants, de consultants et de managers, précurseurs et visionnaires qui envisageaient l’intégration du transport, de l’entreposage et de la gestion des stocks … comme l’avenir de la discipline. Malgré cette dernière idée avant-gardiste à cette époque, la distribution physique venait à peine d’être reconnue physique qui prima dans le choix du nom.


Ultérieurement à cause de la formidable progression du champ d’action de la logistique, l’association préféra s’appeler Council of Logistics management CLM dés 1986. Enfin, devant la montée en puissance du concept de supply chain management, l’association décida en 2005 de changer une nouvelle fois de nom et choisit Council of supply chain management professionals ? Réunissant environ dix mille membres, le CSCMP et une association puissante et dynamique, qui fournit des aides au développement de carrière, du conseil et toutes les opportunités d’un grand réseau.

Ces changements d’intitulés e sont pas anodins et sont le reflet de profondes modifications dans l’organisation de la logistique au sein des entreprises ? Parallèlement, ces associations comme l’ASLOG en France ou l’ELA en Europe ont aussi influencé les pratiques logistiques, dans la mesure oui les réflexions théoriques des chercheurs purent ainsi être largement présentées et expliquées aux managers membre des associations. De même les revues professionnelles furent dés l’origine des relais efficaces. Les bonnes pratiques « Best practices » y sont présentées souvent à partir des témoignages, et les articles de recherche parus dans les revues académique de haut niveau y sont simplifiés, au bénéfice des hommes de terrain.


Afin de fournir un cadre conceptuel solide à la suite de l’ouvrage, nous avons choisi d’étudier la signification des termes utilisés en logistique. Comme point d’encrage, nous avons retenu le débat qui anime toujours les logisticiens, chercheurs ou praticiens : leur domaine de compétence appartient-il à a la logistique, tout simplement, ou font-ils du supply chain management, parfois même sans le savoir ? Au-delà des mots et de l’ironie, nous montrerons au cours de cet article que la distinction est plus profonde qu’elle n’en a l’air.


EN 2004, dans un article de recherche Larson et Haldorsson présentaient les quatre visions possibles des liens entre la logistique et la supply chain management, en 2007, les mêmes chercheurs aidés de poist, représentaient leur analyse et proposait la figure suivante:

 

Les quatre visions de la logistique versus supply chain management

 

Comme le graphique l’indique très clairement les quatre perspectives sont :


1-    La vision des traditionnalist, qui considère que SCM fait part et englobé dans la logistique.
2-    La vision des unionist, a l’opposé de la précédente qui présente la logistique comme un élément du management de la supply chain.
3-    la vision des partisant d’un changement de nom, le contenu restant identique.
4-    La vision des intersectionist : qui considère que les deux termes de recouvrent pas le même contenu malgré quelques éléments en commun.

L’article de 2007 rend compte d’une enquête menée très sérieusement par les auteurs auprès de 600 professionnels, appartenant au CSCMP, (journalistes, consultants, et professeurs furent écartés). Les résultats  de cet enquête sont à  la fois attendus et originaux.

Source: Livre Logistique et supply chain management: intégration, collaboration et risques dans la chaîne logistique globale.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS