Logistique humanitaire: Les Leçons apprises en Haiti, ...

Logistique humanitaire: Les Leçons apprises en Haiti, ...

Catastrophe HaitienneLes Experts canadiens en supply chain confirment que les leçons de la logistique humanitaire appris pendant les efforts de secours du tsunami en Asie du Sud en 2005 ont été mis à profit cette année à Haïti.
Une amélioration spectaculaire a été constatée dans la manière dont les organismes gouvernementaux et les organismes de secours ont réagi pour faire face à la catastrophe du tremblement de terre haïtienne du 12 janvier 2010, par rapport à la façon dont le monde a réagi quand au tremblement de terre de Sumatra, ou le lendemain de Noël 2004 a déclenché une série de tsunamis qui ont dévasté les zones côtières en Indonésie, au Sri Lanka, en Inde et en Thaïlande.

 

Ayez un plan de secours aux sinistrés avant que  la catastrophe frappe


Mira Cuturilo, directeur des opérations pour Action Contre la Faim (ACF) ajoute que, malgré la destruction totale des bureaux de son groupe dans la capitale haïtienne, Port-au-Prince, ils ont été capables de réagir rapidement, vu qu’ils été préparés à l'avance pour les interventions de secours.
"Principalement la logistique, pour une telle opération se résume en la prévention et la préparation", dit-elle. «Travailler dure ?  nous nous sommes déjà mis en place pour cela." Dit-elle dans les heures suivant le séisme, ACF avait un avion Airbus, en route vers Haïti pour apporter des secours.
Marilou Poirier, directeur logistique de la Croix-Rouge canadienne, a le même point de vue. Elle souligne que la préparation à une catastrophe avant qu'il ne frappe peut sauver des vies.
«Tout est préparé a l’avance. Lorsqu'une catastrophe se produit, il n'y a pas de temps pour contacter les fournisseurs, ni négocier les prix, ou assurer la disponibilité des produits. Vous devez avoir une certaine capacité de déployer rapidement la matière », dit-elle. «Dans les cinq minutes, je peux communiquer avec les différentes agences (installations de stockage à travers le monde) et nous trouverons une charte, et mettons un plan d’action pour intervenir afin d’approvisionner la zone affectée."
L'accès aux approvisionnements en un instant est critique au cours d'une crise comme le tremblement de terre haïtienne qui a laissé des milliers de morts et une infrastructure déjà faible de la chaîne logistique. Ceux qui ont un système de logistique d'urgence en place à l'avance, étaient beaucoup plus efficaces que ceux qui ont dû se débrouiller pour obtenir des fournitures.
Dr. Paul Larson, directeur de l'Université du Manitoba Asper School of Business, département  de Supply Chain Management, affirme que le système de réception est  tellement surchargé qu’il devient encombré après une catastrophe majeure. Il dit que le nombre d'organismes de secours bien établis déjà sur le terrain en Haïti avant le tremblement de terre, a permis d'éviter ce problème.
" Les organismes sur le terrain, savent déjà quels sont les besoins, dit-il, et ils sont en mesure d'évaluer leurs propres priorités assez rapidement. «Idéalement, toutes les organisations devraient synchroniser leurs efforts."
Cela est d'autant plus important compte tenu de la nature fragile des infrastructures après une catastrophe naturelle dévastatrice.
«La véritable contrainte pour les organismes après un événement pareil est, tout simplement, la destruction des infrastructures», explique Paul Caney, un expert logistique qui a travaillé avec Médecins Sans Frontières. "Dans le cas de Haïti, le port a été sévèrement endommagé, l'infrastructure routière a été sérieusement endommagé…, ainsi beaucoup d'espace d'entreposage ont été gravement endommagés."


Efficacité : La démarche doit être bien menée,…

Karen Ciberti, directeur des opérations chez l'agence de l'aviation humanitaire AirServ, a retiré une véritable leçon qu’il a appris sur ce front. Pendant les efforts de secours après le tsunami, dit-elle il y avait des problèmes fréquents relatifs à la réception de marchandises reçues.
Beaucoup de gens pensent qu’il faut se focaliser surtout que sur les expéditions, et que certainement il y aura des parties/gens qui vont se charger de réceptionner les marchandises expédiées, pourtant on y met pas de destinataire, alors que réellement personne ne récupère ladite  marchandise.
Cette fois ci, les organismes de secours ont pu comprendre comment il est essentiel d'avoir quelqu'un  en charge de la réception des marchandises envoyées.
Cette année, Karen était présente sur le terrain quelques jours suivant la catastrophe. au cœur de l’aéroport, elle gérait des équipes de travailleurs humanitaires dans et hors Haïti
Heureusement, les efforts de secours en Haïti ont été beaucoup moins complexes que dans l'Asie du Sud, où la dévastation a été étalée sur une grande zone géographique, avec beaucoup de petites îles éloignées, et des dizaines de gouvernements.
«Haïti est un si petit pays», dit-elle. "Vous ne pouvez pas le comparer au tsunami, où il y avait différents pays et des îles qui reçoivent des aides de partout.


Coordonner vos efforts avec d'autres


Ciberti met le point sur l’importance de coordonner les efforts, en particulier lorsque vous travaillez dans un espace limité. Elle ajoute que c'est important pour les agences de travailler ensemble, surtout quand elles travaillent dans et autour de l'aéroport.
Les ONG et les organismes de secours en Haïti ont synchronisé leurs efforts par le biais du  Bureau de la Coordination des affaires, un organisme d'organisation, sous la direction de l'Organisation des Nations Unies, l'Organisation mondiale de la Santé, et autres organismes gouvernementaux. Des Réunions quotidiennes ont eu lieu avec un représentant de chaque organisation pour coordonner et de synchroniser les efforts afin d’être plus efficace sur le terrain.
Réévaluer les besoins, souvent et réagir en conséquence.

Poirier affirme qu’en tant que gestionnaire logistique, elle prend le temps de réévaluer constamment la situation, même après que les fournitures ont été déployées. C'est pourquoi la moitié de son temps est consacré à réapprovisionner les entrepôts de la Croix-Rouge canadienne. Elle souligne également l'importance de l'envoi de fournitures par des moyens plus rentables tout en répondant à l'urgence initiale.
"Nous avons des stocks au Panama, donc (la Croix-Rouge) a envoyé des fournitures par bateau en Haïti en même temps que nous nous déployions les stocks à Saint-Domingue par avion", dit Poirier.
Caney convient que, dans une situation d'urgence, l'objectif est d'obtenir le soulagement aussi rapide que possible des gens à secouer, mais le mode de livraison peut changer et ceci en fonction de l’évolution de la situation. Par exemple, le coût d'utilisation des avions pour les fournitures peut devenir prohibitif une fois que le besoin initial diminue.


Alignez votre aide lorsque vous n'en avez pas besoin

Lorsqu'une catastrophe frappe, dans les agences de secours ont tendance recevoir de nombreuses demandes de la part des volontaires qui veulent participer à l’aide. Mais la Croix-Rouge, ACF, MSF et AirServ sont tous convaincu que les éléments dont ils ont besoins, ont été alignés à l'avance.

BLOG COMMENTS POWERED BY DISQUS